Votre métier
icone de recherche
icone de recherche
logo
Accueil/ Actualités - La Quotidienne/ Immobilier/ Location

Marchés de l’immobilier d’entreprise en Ile-de-France : bilan 2017 plutôt positif


QUOTI-20180205-BREV-immobilier.jpg

Il résulte d'une étude menée par Knight Frank (groupe de conseil international en immobilier) que l’année 2017 est un bon millésime pour les différents marchés de l’immobilier d’entreprise. L’investissement termine bien l’année après un démarrage assez lent. Le marché locatif des bureaux a été prospère, notamment grâce à un nombre élevé de grandes transactions. Celui des commerces a été favorisé par une conjoncture économique favorable et la reprise de la fréquentation touristique.

Légère baisse pour le marché de l’investissement. L’investissement en immobilier d’entreprise en Ile-de-France a atteint 19 milliards d’euros en 2017, soit 8 % de moins que l’année précédente mais, toutefois, 38 % supérieur à la moyenne sur 10 ans. L’investissement se concentre sur d'importantes transactions, 50 % du marché total ayant été produit par 28 transactions. Les investisseurs français représentent 72 % des volumes investis (66 % en 2016) et sont à l’origine de 45 des 64 transactions supérieures à 100 millions d’euros en France. Les fonds de placements collectifs (SCPI, OPCI) expliquent en partie ce succès.

Le marché locatif des bureaux en augmentation. Les actifs de bureaux concentrent une grande part du marché immobilier d’entreprise en Ile de France avec 87 % des montants investis en 2017 (contre 81 % en 2016). Les grandes transactions tirent ce marché à la hausse, notamment dans les quartiers de La Défense et du « croissant Ouest » de la capitale. Le coworking participe également à cette hausse des montants investis, il représentait 5 % du volume en 2017 contre 1 % à peine en 2016.

Un nouveau souffle pour le marché des commerces. La représentation des actifs de commerce dans l’investissement est en baisse et chute de 14 à 8 % en un an, la part de l’activité ayant été monopolisée par les actifs de bureaux. La raréfaction des opportunités d’acquisition contribue également à ce résultat en baisse. Néanmoins, on remarque une activité commerciale favorable due à une amélioration de la conjoncture économique française, à la confiance des ménages et à la reprise de la fréquentation touristique. De nouvelles tendances sont apparues sur le marché immobilier des commerces et lui donnent un nouveau souffle : les associations entre enseignes et pop-up stores attirent une nouvelle clientèle et la fidélise.

Angeline DOUDOUX

© Editions Francis Lefebvre - La Quotidienne