Votre métier
icone de recherche
icone de recherche
logo
Accueil/ Actualités - La Quotidienne/ Affaires

Palmarès 2019 des déposants de brevets à l’INPI

Palmarès 2019 des principaux déposants de brevets à l’INPI du 26-6-2020


QUOTI20181018UNEINPIDEF_fl6cd89540e412b7d5edbd8964d0c9d1a6.jpg

A la lecture du palmarès 2019 des déposants de brevets à l’INPI, on découvre que ce sont quelques 14 844 demandes de brevets qui ont été publiées en France. Nouveauté cette année, des catégories inédites qui viennent enrichir l’étude : « Etablissements de recherche, d’enseignement supérieur et d’établissement de l’Etat (RESE) » et « « co-déposants établissement RESE/entreprises », illustration de la collaboration recherche/industrie en plein développement. 

A ce sujet, Pascal Faure, Directeur général de l’INPI, déclare : « Cette nouvelle édition montre que les grands groupes dominent largement le palmarès, parce qu’ils ont pleinement intégré la propriété industrielle dans leur stratégie d’innovation, ce qui n’est pas toujours le cas des plus petites entreprises. La concentration est par ailleurs très forte : les 50 premiers déposants représentent plus de la moitié de l’ensemble des demandes de brevets publiées à l’INPI en 2019. Cette tendance récurrente confirme la nécessité des actions de sensibilisation à la propriété industrielle menées en direction des plus petites entreprises et du monde de la recherche. »

Parmi les autres chiffres-clefs 

- Depuis 2018, les 50 premiers déposants de brevets représentent plus de 50 % de l’ensemble des demandes de brevets publiés.

- Le Groupe PSA et le Groupe Valeo se maintiennent au-dessus de la barre des 1 000 demandes publiées sur une année.

- 10 établissements de recherche, d’enseignement supérieur et établissements de l’État font partie du palmarès.

- Safran, Thales et PSA sont les 3 entreprises les plus actives sur la collaboration avec les établissements de recherche, d’enseignements supérieur et établissements de l’État.

Les évolutions les plus marquantes 

- L’entrée d’une nouvelle ETI (entreprise de taille intermédiaire) dans le TOP 50 : Gaztransport et Technigaz (Île-de France) qui fait son entrée dans le palmarès à la 31e place.

- La Compagnie Plastic Omnium qui passe de 58 demandes publiées en 2018 à 116 en 2019. Soit une augmentation de 100 %.

- L’entreprise Faurecia qui double également ses demandes de brevets passant de 111 en 2018 à 221 en 2019.

Principaux domaines technologiques 

Le principal domaine technologique concerné par les demandes de brevets publiés est la « Mécanique » avec 5 984 demandes, soit 40,3 % de l’ensemble des demandes publiées à l’INPI en 2019. Un chiffre stable par rapport à l’année précédente où ce domaine représentait 39,4 %. A noter que la part des demandes publiées dans ce domaine pour les 50 principaux déposants atteint même 61,6 % du nombre total.

Vient ensuite le domaine technologique « Electronique » avec un total de 3 115 demandes publiées (soit 21 %), la « Chimie » avec 2 143 demandes (14,4 %), les « Instruments » avec 1 823 demandes (12,3 %) et enfin les « Autres domaines » avec 1 692 demandes (11,4 %).



Cliquez ici pour voir le graphique

Principaux sous-domaines technologiques

Le principal sous-domaine technologique des demandes de brevets publiées à l’INPI en 2019 est celui du « Transport » avec 2 412 demandes publiées (16 % du nombre total de demandes de brevets), en hausse par rapport à 2018 qui en dénombrait 2 306. Le second sous-domaine technologique est celui des « Machines, appareils et énergie électriques » qui représente 1 185 demandes publiées soit 8 %  de l’ensemble des demandes publiées pour 2019. Les sous-domaines suivants comptent plus de 500 demandes de brevets à l’INPI en 2019 : « Moteurs, pompes, turbines », « Eléments mécaniques », « Génie civil », « Technique de mesures », « Informatiques »,  « Autres machines spéciales », « Technologie médicale » et « Autres biens de consommation ».



Cliquez ici pour voir le graphique 

Collaboration recherche/industrie

Parmi ces co-dépôts, deux demandes sur cinq proviennent d’établissements de Recherche, d’Enseignement Supérieur ou d’établissements de l'État (RESE), dont sept demandes de brevets sur dix sont issues d’une collaboration recherche/industrie.

Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) se classe en tête des établissements RESE qui ont co-déposé avec des entreprises : 158 demandes de brevets sont concernées. S’ensuivent le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) avec 67 demandes de brevets, l’IFP Energies nouvelles et l’université de Bordeaux avec respectivement 27 et 18 demandes de brevets issus de collaboration recherche/industrie.

IFP Energies nouvelles, l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), le CEA et le Centre national d’études spatiales (CNES) se caractérisent par le fait qu’une part importante de leurs co-dépôts est issue d’une collaboration recherche/industrie respectivement à : 90,0 %, 88,2 %, 68,4 % et 64,0 %.



Cliquez ici pour voir le graphique

Cliquez ici pour télécharger le palmarès complet 

© Editions Francis Lefebvre - La Quotidienne