Votre métier
icone de recherche
icone de recherche
logo
Accueil/ Actualités - La Quotidienne/ Affaires

Rebond inattendu des créations d’entreprises au sortir du confinement

Selon une étude publiée par le Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce sur l’impact du covid-19 sur les créations d’entreprises, réalisée en partenariat avec l’institut Xerfi I+C, les créations d’entreprises pour les mois de juin et de juillet ont connu un rebond inattendu.


QUOTI20200910entreprisescreations_fl240959ec782418dc1298a86aca9a8d58.jpg

Sur la période allant du 1er mai au 31 juillet 2020, 105 843 immatriculations au Registre du Commerce et des Sociétés ont été enregistrées, soit une baisse de  - 5,5 % par rapport à la même période en 2019. Baisse relative comparée à l’importante diminution des créations d’entreprises pendant le confinement (- 54,3 % à un an d’intervalle) et donc signe encourageant du rattrapage de l’activité économique.

De manière inattendue, la création d’entreprises a même dépassé les chiffres de 2019 sur les mois de juin (+ 13,4 %) et de juillet (+ 7,5 %). A noter cependant que malgré ce rebond exceptionnel, les immatriculations restent en baisse sur douze mois glissants (- 5,4 %).



Cliquez ici pour voir le graphique

Le nombre d’entreprises en difficulté en baisse

Pendant la période du 1er mai au 31 juillet, on enregistre 6 037 ouvertures de procédures collectives, soit une baisse de - 42,5 % par rapport à l’année précédente. L’ensemble des aides mises en place par l’Etat s’avère efficace et permettent aux entreprises de préserver leur trésorerie et donc de limiter le nombre de procédures. « La période de reprise est encore couverte par les mesures gouvernementales qui ont eu un effet très positif. Nous serons très attentifs aux semaines qui arrivent, avec la fin du moratoire et le retour d'une activité normale. », déclare Sophie Jonval, Présidente du Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce.  

Une forte disparité géographique

Bien que la grande majorité des régions conserve une évolution négative du nombre d’immatriculations, on constate des disparités entre les régions. Celles-ci peuvent notamment s’expliquer par leur spécialisation dans des secteurs plus ou moins touchés par la crise sanitaire, mais aussi par le dynamisme local lors de la reprise d’activité. En effet, durement impactées en mars-avril, les régions Ile-de-France (0 %), et Hauts-de-France (-1,2 %) se ressaisissent et parviennent même à retrouver un niveau équivalent à celui de 2019. A contrario, les régions Corse (-20,5 %), Occitanie (-12,4 %), PACA (- 11,9 %) et Grand-Est (- 11,6 %) ont davantage de mal à rebondir.



cliquez ici pour voir le graphique 

Des créations d’entreprises boostées par la foodtech

Les effets de la crise liée au covid-19 sur les créations d’entreprises sont hétérogènes en fonction des secteurs d’activité. Les secteurs les plus touchés sont les activités d’hébergement et de restauration (- 29 %) ainsi que les autres activités de service (- 25 %). En revanche, d’autres secteurs ont vu leur activité augmenter et ont su tirer parti de la situation pour développer l’entreprenariat. C’est notamment le cas des grands acteurs de la foodtech : Uber Eats, Deliveroo et Just Eat. À elle seule, cette activité de livraison de repas représente 10 % des créations d’entreprises sur la période.  De plus, de grandes enseignes de distribution alimentaire comme Casino, Carrefour ou encore E.Leclerc se sont récemment associées à ces géants de la livraison à domicile. Ces nouveaux partenariats renforcent encore un peu plus l’impact positif de ce secteur sur les créations d’entreprises.

Angeline DOUDOUX

© Editions Francis Lefebvre - La Quotidienne