Votre métier
icone de recherche
icone de recherche
logo
Accueil/ Actualités - La Quotidienne/ Immobilier

Rénovation énergétique : MaPrimeRénov’ accessible à tous en 2021 ?

Lancé le 1er janvier 2020, le dispositif d’aide à la rénovation énergétique MaPrimeRénov’ vient d’être renforcé. Qui peut en bénéficier ? Quelles conséquences pour le secteur de la copropriété et pour les professionnels de l’immobilier ? Eléments de réponse avec Jean-Michel Camizon, président de l’association Plurience qui rassemble les plus grands acteurs de la transaction et de la gestion immobilière. 


QUOTI20201016renovationenergetique_fl1416dc59a2757c5745e256de51f00947.jpg

La Quotidienne : Le ministère délégué au logement a dévoilé le 5 septembre dernier les contours et le nouveau barème de MaPrimeRénov’, aide à la rénovation énergétique Qui peut en bénéficier ?

Jean-Michel Camizon : La grande nouveauté de cette aide à la rénovation énergétique est l’éligibilité des syndicats de copropriété et des bailleurs à ce dispositif dès 2021, alors qu’il était auparavant réservé aux propriétaires ayant des revenus modestes. Ainsi, le syndicat de copropriété est désormais éligible sans distinction de revenus pour chaque copropriétaire. C’est un signal fort envoyé pour rénover le parc locatif privé, situé pour les deux tiers en copropriété.

La Quotidienne : Quels sont les impacts sur le secteur de la copropriété ? 

Jean-Michel Camizon : Les pouvoirs publics ont compris que la rénovation énergétique d’une copropriété ne pouvait se réaliser que dans le cadre d’une rénovation globale. Pour la première fois, le syndicat de copropriété sera bénéficiaire d’une aide forfaitaire si la quote-part de rénovation énergétique dans la rénovation globale représente au moins 35 %.

En pratique, le syndic va pouvoir proposer au syndicat des plans de financement intégrant les aides et calculer la part résiduelle précise de chaque copropriétaire. C’est totalement inédit et davantage pédagogique pour toutes les parties prenantes. 

Quelques chiffres : parmi les 10 millions de logements collectifs en France, 4,7 millions situés en copropriété sont classés D/E/F/G, dont 2 millions rien qu’en F et G. Ces logements sont principalement des copropriétés construites avant 1990.

Côté financement, c’est au minimum 67 milliards d’euros de travaux qui sont attendus pour atteindre le standard de qualité énergétique espéré. Un tel plan n’est possible que sur la durée, en raison notamment de la temporalité des décisions de copropriété. C’est pourquoi nous demandons une loi de programmation quinquennale pour inscrire ce plan dans la stabilité et la pérennité.

La Quotidienne : Quel rôle pour les professionnels de l’immobilier dans la mise en place et le suivi de cette aide ?

Jean-Michel Camizon : Les professionnels vont pouvoir devenir de véritables acteurs de la rénovation des copropriétés, et de la rénovation énergétique en particulier, en mobilisant notamment les compétences des Assistant à Maîtrise d’Ouvrage qui vont enfin pouvoir être financés. Ils vont également pouvoir proposer la part résiduelle restant à charge de chaque copropriétaire puisque l’aide sera dorénavant allouée au syndicat alors qu’elle l’était jusqu’alors à chaque copropriétaire selon ses revenus - qui étaient inconnus du syndic.  

C’est un changement radical dans la manière de réaliser les travaux de rénovation des copropriétés et les professionnels de l’immobilier sont tout disposés à relever le défi !

Propos recueillis par Angeline DOUDOUX 

Pour en savoir plus sur cette question : voir le site economie.gouv.fr



Jean-Michel CAMIZON, président de l’association Plurience

© Editions Francis Lefebvre - La Quotidienne