Votre métier
icone de recherche
icone de recherche
logo
Accueil/ Actualités - La Quotidienne/ Immobilier

La rentabilité de la location saisonnière à Paris, Bordeaux et Lyon


QUOTI20190603breveimmobilier_flfae4d76c0d947f23f1a12df703b22867.jpg

Mettre son logement en location saisonnière permet aux propriétaires de rembourser tout ou partie des charges de copropriété et des mensualités de crédit. Le site d’estimation immobilière MeilleursAgents a étudié la rentabilité de la location saisonnière à Paris, Lyon et Bordeaux pour déterminer combien de jours étaient nécessaires à ces remboursements.

Remboursement des charges annuelles de copropriété

Il faut en moyenne 15 jours de location par an pour rembourser une année de charges de copropriété dans les quartiers à fortes demandes touristiques. A Paris, le quartier le plus rentable est les Champs-Elysées (12 jours), viennent ensuite Odéon, le Palais Royal (13 jours) et les Invalides (14 jours). A Lyon, dans le quartier des Cordeliers/Jacobins, il ne faut que 10 jours pour rembourser les charges annuelles de copropriété. Il faut 11 jours dans le quartier Bellecour/Hôtel Dieu, 12 jours à Terreaux/Bat d’Argent et 13 jours à La Villette/Gare. A Bordeaux, le quartier attractif de l’Hôtel de Ville/Quinconces permet aux propriétaires de rembourser en 11 jours seulement. Viennent ensuite la Gare Saint-Jean, Saint-Seurin/Fondaudège et Chartrons/Grand-Parc (14 jours).

Paris :



Lyon :



Bordeaux :



Remboursement des mensualités de crédit

La location saisonnière permet également d’aider les propriétaires à rembourser leurs mensualités de crédit, surtout dans des villes où les prix de l’immobilier ont fortement augmenté. En effet, en 5 ans, les prix ont augmenté de 22,6 % à Bordeaux, 25,3 % à Lyon et 19,4 % à Paris alors que l’augmentation nationale a été de 2,6 %. En fonction des quartiers, il faut entre 13 (Gare Saint Jean) et 19 (Capucins/Victoire) jours pour rembourser une mensualité de crédit à Bordeaux, entre 12 (Villette/Gare) et 19 (Marechal Lyautey/Vitton) jours à Lyon et entre 18 (Gaillon) et 29 (Père Lachaise) jours à Paris. « Dans ces villes où les prix immobiliers ont connu des augmentations spectaculaires ces dernières années, la location saisonnière est aussi une option intéressante pour les primo-accédants, contraints de s’endetter fortement », commente Thomas Lefebvre, directeur scientifique de MeilleursAgents.

Angeline DOUDOUX

© Editions Francis Lefebvre - La Quotidienne