Votre métier
icone de recherche
icone de recherche
logo
Accueil/ Actualités - La Quotidienne/ Immobilier

Le télétravail est-il en passe d'influencer le marché de l’immobilier ?


QUOTI-20190503-breve-teletravail.jpg

40 % des 1503 personnes interrogées par l’Ifop pour le réseau Optimhome envisage une mobilité géographique dans les cinq prochaines années. La profession, l’âge et la densité de la commune ont une influence sur ce souhait : il s’agit principalement de cadres (52 %) et de millenials (53 %) qui habitent dans l’agglomération parisienne (57 %) et qui désirent changer de cadre de vie. Parmi les raisons évoquées susceptibles de favoriser cette mobilité, on observe notamment une plus grande facilité à pratiquer le télétravail (40 %). Concrètement, ils sont 32 % à le pratiquer et 72 % à considérer qu’une telle pratique est de nature à peser sur leur décision (76 % pour les femmes et 69 % pour les hommes). Les actifs interrogés résidant en agglomération parisienne seraient particulièrement favorables à une mobilité s’ils avaient la possibilité de travailler à distance : 72 % déménagerait dans une métropole régionale et 57 % en milieu rural.

Si le télétravail est un levier de mobilité, les moyens de transport demeurent la première raison invoquée pour déménager (70 %). En effet, pour les franciliens, le télétravail n'est pas suffisant pour envisager une mobilité, les transports doivent en outre permettre de se déplacer régulièrement au siège de l'entreprise. Parmi les villes évoquées pour investir dans l’immobilier, Bordeaux figure en tête du classement (19 %), devant Nantes (12 %), Paris (11 %) et Toulouse (9 %). Marseille arrive en dernière position avec 2 % d’intention.

Les raisons susceptibles de favoriser une mobilité géographique



Cliquez ici pour voir le graphique

Angeline DOUDOUX

© Editions Francis Lefebvre - La Quotidienne