Votre métier
icone de recherche
icone de recherche
logo
Accueil/ Actualités - La Quotidienne/ Immobilier

Marché immobilier francilien et crise sanitaire : les parisiens plus enclins à quitter la capitale

Notaires du Grand Paris – Communiqué de presse « Conjoncture immobilière francilienne en octobre 2020 »


quoti-20201223-immobilier-breve-fl-3a121fa8-860b-1bed-808a-e5c0b0faaf72.jpg

Les notaires du Grand Paris annoncent des volumes de ventes en baisse pour la période d’août à octobre 2020 et des hausses de prix modérées attendues dans les prochains mois. A noter également que la situation sanitaire accentue le souhait de mobilité des acquéreurs, notamment des parisiens, qui recherchent un logement plus grand avec des espaces verts à proximité.

- 41 000: c’est le nombre de ventes de logements anciens enregistrées en Ile-de-France pour la période d’août à octobre 2020, soit une baisse de – 13% par rapport à la même période l’année précédente (47 330 ventes). Ce sont les maisons qui tirent leur épingle du jeu avec une baisse des volumes de ventes limitée à 10 % contre 15 % pour les appartements. Bien qu’en baisse, les volumes de ventes restent supérieurs de 5 % à ceux enregistrés ces dix dernières années (39 130 ventes) avec une légère augmentation pour les appartements (+ 3 %) et une forte augmentation pour les maisons (+ 9 %).

- + 6,5 %: c’est le taux d’augmentation du prix des appartements franciliens constaté entre octobre 2019 et octobre 2020. La petite couronne profite de la hausse (+ 7,3 %), puis Paris (+ 6,6 %) et enfin la grande couronne (+ 4,8 %). Ces indicateurs montrent que l’habituelle hausse des prix plus forte au cœur de l’agglomération a commencé à se reporter sur les périphéries.

- 10 700 €/m2: c’est, d’après les indicateurs issus des avant-contrats, le prix de vente au m2 à Paris projeté pour février 2021, soit un recul de - 1,7 % par rapport au prix constaté au mois de novembre 2020 (10 900 €/m 2). Pour la même période, et concernant les appartements, on note une stabilisation des prix en petite (- 0,1 %) et grande couronne (- 0,4 %). Le marché des maisons s’en sort bien avec une projection d’augmentation de + 1,1 % du prix de vente.

- 55 % : c’est le pourcentage d’acquéreurs parisiens qui vivaient déjà dans la capitale avant d’acheter en 2020. Ils étaient entre 60 et 65 % ces dix dernières années. Ce chiffre en baisse illustre de nouvelles aspirations en matière d’habitat et de mode de vie privilégiant les territoires. Aspirations devenues en partie réalisables grâce au télétravail notamment.

- 34 %: c’est le taux de parisiens à avoir quitté Paris pour acheter en petite couronne les 6 derniers mois de 2020. Ils étaient 30 % ces dix dernières années. En outre, 8 % d’entre eux choisissaient la grande couronne, ils ont été 11 % à le faire ce dernier semestre. Ils sont également un peu plus nombreux à acquérir une maison : la maison représente 11 % de leurs acquisitions au 4e trimestre 2020 contre 7 à 9 % en moyenne ces dix dernières années. Les Yvelines ont leur préférence pour s’installer.

© Editions Francis Lefebvre - La Quotidienne