Votre métier
icone de recherche
icone de recherche
logo
Accueil/ Actualités - La Quotidienne/ Fiscal/ Bénéfices Industriels et Commerciaux

Sociétés de personnes : incidence de l'annulation d'un acte modifiant la répartition du résultat

Lorsqu'un acte qui modifie, avant la clôture de l'exercice de la société, la répartition des bénéfices entre les associés d'une société de personnes est annulé postérieurement à l'année d'imposition, cette annulation n'a pas d'incidence fiscale.

CE 20-7-2021 n° 434029 et 434030


Par Sophie KONCINA
quoti-20211018-fiscal.jpg

©iStock

Le résultat social d’une société de personnes est réparti conformément aux droits des associés résultant soit du pacte social, soit d'un acte ou d'une convention antérieurs à la clôture de l'exercice et ayant pour objet de conférer expressément à l'un ou à l'autre des associés des droits différents.

Apportant une précision inédite, le Conseil d’État juge que l'annulation d'un tel acte postérieurement aux années d'imposition ne peut pas affecter la règle fixée par les articles 8 et 12 du CGI en vertu de laquelle seuls sont redevables de l'impôt dû sur les résultats de l'exercice les associés présents dans la société à la clôture de l'exercice.

En l’espèce, à la suite de la signature en 2011 d’un acte de cession de parts sociales d’une SCI par deux de ses associés, le nombre de parts détenues par l’associé cessionnaire a été rehaussé, augmentant ainsi la fraction de résultat lui revenant. Si cet acte de cession a fait l’objet en 2019 d’une annulation judiciaire, cette dernière est sans influence sur le bien-fondé de l’imposition de cet associé en 2011, de sorte que l’administration peut calculer les impositions supplémentaires résultant des rehaussements apportés aux résultats de la SCI en tenant compte de cet acte de cession.

Suivez les dernières actualités en matière fiscale et assurez la relance d’activité pour vos clients ou votre entreprise avec Navis Fiscal :

Pas encore abonné ? Nous vous offrons un accès au fonds documentaire Navis Fiscal pendant 10 jours.

A noter :

Comme le relève la rapporteure publique Céline Guibé, cette solution se justifie par le principe de l’intangibilité du fait générateur de l’impôt en application duquel les événements postérieurs à ce fait générateur sont sans incidence sur l’imposition établie à la date de ce fait générateur tant dans son principe que dans son montant.

© Editions Francis Lefebvre - La Quotidienne

Aller plus loin


Mémento Fiscal 2022
fiscal - Mémentos, Ouvrages et Revues

Mémento Fiscal 2022

Toute la réglementation fiscale applicable pour 2022
189,00 € TTC
Navis Fiscal
fiscal - Solutions numériques

Navis Fiscal

Un fonds documentaire juridique dédié à la fiscalité et mis à jour en continu
4 476,00 € HT