Votre métier
icone de recherche
icone de recherche
logo
Accueil/ Actualités - La Quotidienne/ Patrimoine/ Assurance vie et contrats de capitalisation

Clause d'arbitrage à cours connu : l'assureur-vie condamné à réintégrer tous les supports supprimés

Un assureur ayant abusivement supprimé des supports pour faire échec à la clause d’arbitrage à cours connu prévue au contrat est condamné à réintégrer tous les supports dont le souscripteur a été privé, et non seulement ceux éligibles au moment de la souscription du contrat.

Cass. 2e civ. 25-6-2020 nos 19-16.109 et 19-16.110 F-D


QUOTI20200916clausearbitrage_fl9a8085e8ff6110a895568542c678bc48.jpg

Des époux souscrivent un contrat d’assurance-vie multisupports comportant une clause dite « d'arbitrage à cours connu », permettant au souscripteur d'arbitrer entre les différents supports proposés en parfaite connaissance du résultat financier des opérations. Ils reprochent à l’assureur d’avoir progressivement supprimé les supports composés d'actions afin de faire échec au fonctionnement de la clause d'arbitrage à cours connu et d’avoir refusé d’effectuer des arbitrages sur ces supports.

La cour d’appel condamne l’assureur à réintégrer vingt-et-un supports dans le contrat souscrit par les époux et à exécuter sous astreinte les arbitrages à cours connu sur ces supports. Selon l’assureur, qui conteste le nombre de supports concernés, la réintégration doit être limitée aux douze supports éligibles au moment de la souscription du contrat.

La Cour de cassation le déboute. Les juges du fond ont estimé, notamment au regard du résultat de l’expertise diligentée à ce propos, que la restitution ne devait pas se limiter à la liste des supports éligibles à la date de la souscription mais inclure tous les supports dont les époux avaient été privés par l'abus commis, y compris ceux rendus éligibles en cours d'exécution du contrat.

À noter : Il était déjà acquis que l’assureur ayant abusivement bloqué le fonctionnement de la clause d’arbitrage à cours connu pouvait être condamné à restituer l’intégralité des supports disponibles lors de la souscription ou leur équivalent (Cass. 2e civ. 7-5-2009 n° 08-16.501 F-D : BPAT 4/09 inf. 160). Il est ici jugé que cette restitution peut aussi s’étendre aux supports devenus éligibles après la date de souscription et ultérieurement supprimés par l’assureur

Rémy FOSSET 

Pour en savoir plus sur cette question : voir Mémento Patrimoine n° 27993

Suivez les dernières actualités et assurez la reprise de l’activité pour vos clients ou votre entreprise en télétravail avec Navis :



Vous êtes abonné ? Accédez à Navis à distance depuis votre domicile 

Pas encore abonné ? Nous vous offrons un accès au fonds documentaire NAVIS pendant 10 jours.

* Si vous rencontrez le moindre problème de connexion à votre Navis, contactez notre Service Relations Clients au 01 41 05 22 22 ou notre Hotline Technique au 01 41 05 77 00, du lundi au vendredi, de 9h à 18h.

© Editions Francis Lefebvre - La Quotidienne