Votre métier
icone de recherche
icone de recherche
logo
Accueil/ Actualités - La Quotidienne/ Social/ Rupture du contrat de travail

Licenciement économique : la recherche d'un reclassement dans le groupe doit être personnalisée

Lorsque l'entreprise qui envisage un licenciement économique appartient à un groupe, elle doit rechercher si des postes y sont disponibles pour le reclassement des salariés dont elle envisage de se séparer. Cette recherche doit être suffisamment personnalisée pour être efficace : à défaut, le licenciement peut être jugé sans cause réelle et sérieuse.

Cass. soc.1-7-2020 n° 18-24.608 F-D


QUOTI20200915sociallicenciement_fl4e46b2fd36361584f12d986000cb2424.jpg

Plusieurs salariés, estimant que leur employeur avait manqué à son obligation de reclassement préalable au licenciement économique, contestaient la légitimité de la rupture de leur contrat de travail. Selon eux, les recherches de postes effectuées par l’employeur auprès des sociétés du groupe auquel il appartenait n’étaient pas suffisamment personnalisées.

La jurisprudence exige en effet de l’employeur qu’il adresse aux autres entreprises du groupe les informations nécessaires pour leur permettre d'apprécier exactement si les emplois dont elles disposent sont adaptés aux compétences et capacités des salariés menacés de licenciement. Par conséquent, il ne peut pas se contenter d’envoyer à ces entreprises de simples lettres circulaires, sans précisions (Cass. soc. 13-2-2008 n° 06-44.984 F-D : RJS 4/08 n° 391 ; Cass. soc. 23-3-2011 n° 09-71.599 F-D : RJS 6/11 n° 510). Son obligation est en revanche respectée s’il leur fait parvenir au minimum le nom, la classification et la nature de l’emploi des salariés (Cass. soc. 22-10-2014 n° 13-20.403 FS-PB : RJS 1/15 n° 13 ).

En l'espèce, la lettre de recherche de postes de reclassement comportait un tableau récapitulant, par département de l'entreprise, l'emploi occupé par les salariés à reclasser et le nombre de salariés concernés pour chacun de ces emplois, et précisait que les curriculum vitae de chacun étaient tenus à disposition. Pour la cour d’appel, l’employeur ne pouvait pas se contenter de ces mentions : il aurait dû fournir aux sociétés du groupe des renseignements sur « le parcours de chacun quant aux compétences acquises au sein de la société mais aussi en dehors » et sur leur expérience professionnelle. Cette analyse est censurée par la Cour de cassation pour violation de l’article L 1233-4 du Code du travail, qui n’exige pas un tel degré de précision.

Laurence MECHIN

Pour en savoir plus sur l'obligation de reclassement incombant à l'employeur : voir Memento social no 47945 s.

Suivez les dernières actualités en matière sociale et assurez la reprise de l’activité pour vos clients ou votre entreprise avec Navis Social :



Vous êtes abonné ? Accédez à Navis Social à distance depuis votre domicile 

Pas encore abonné ? Nous vous offrons un accès au fonds documentaire NAVIS Social pendant 10 jours.

* Si vous rencontrez le moindre problème de connexion à votre Navis Social, contactez notre Service Relations Clients au 01 41 05 22 22 ou notre Hotline Technique au 01 41 05 77 00, du lundi au jeudi, de 9h à 18h.

© Editions Francis Lefebvre - La Quotidienne