Votre métier
icone de recherche
icone de recherche
logo
Accueil/ Actualités - La Quotidienne/ Fiscal/ Taxe sur la Valeur Ajoutée

TVA : quel régime pour les rétrocessions d'honoraires versées par un médecin à son remplaçant ? 

L’administration précise les règles de soumission à la TVA des honoraires rétrocédés dans le cas où les honoraires versés par les patients sont encaissés par le médecin remplacé.

BOI-RES-000056


QUOTI20202702UNEFiscal_flada7475747f1ed4baf32509c5a4c4f4b.jpg

Un médecin indépendant titulaire fait appel à un médecin remplaçant. Dans le cadre du contrat de remplacement, les honoraires versés par les patients sont encaissés directement par le médecin remplacé, lequel en reverse ensuite un pourcentage au médecin remplaçant. La part d'honoraires conservée par le médecin remplacé correspond à une redevance couvrant les frais de fonctionnement (locaux, installations professionnelles).

Interrogée sur le régime de TVA applicable aux rétrocessions d'honoraires effectuées par des médecins professionnels dans le cadre de contrats de remplacement, l’administration a fait la réponse suivante.

L'article 261, 4-1° du CGI qui transpose l'article 132, 1-c de la directive TVA exonère de TVA sans possibilité d'option les prestations de soins dispensées aux personnes par les membres des professions médicales et paramédicales réglementées. La CJUE considère que cette exonération est applicable lorsque deux conditions sont satisfaites, à savoir qu'il s'agisse de prestations de soins à la personne et que celles-ci soient fournies par des personnes possédant les qualifications professionnelles requises (CJUE 10-9-2002 aff. 141/00 ; CJUE 27-4-2006 aff. 443/04 et 444/04).

Il en résulte que les sommes reversées par le médecin remplacé au médecin remplaçant à l'issue du contrat de remplacement sont exonérées de TVA dès lors qu'elles rémunèrent une prestation de soins effectuée par un praticien auprès d'un patient au sens des dispositions de l'article 261, 4-1o du CGI, telles qu'interprétées par la jurisprudence européenne. Les modalités de versement de ces sommes (non pas par le patient lui-même mais par le remplacé au remplaçant) ne modifient pas, au regard de la TVA, la nature de la prestation réalisée en contrepartie.

En revanche, la redevance perçue par le médecin remplacé en contrepartie de la mise à disposition de ses installations techniques et locaux au médecin remplaçant, qui ne rémunère pas une prestation de soins à la personne, est soumise à la TVA, sauf si le remplacement revêt un caractère occasionnel.

Pour en savoir plus sur le régime de TVA applicable au secteur de la santé : voir Mémento TVA nos 9050 s. 

© Editions Francis Lefebvre - La Quotidienne