Votre métier
icone de recherche
icone de recherche
logo
Accueil/ Actualités - La Quotidienne/ Social/ Santé et sécurité au travail

Coronavirus (Covid-19) : quelles sont les visites médicales que le médecin du travail peut reporter ?

Sauf risque lié à l'état de santé du salarié ou au poste qu'il occupe, le médecin du travail peut reporter les visites médicales à l'embauche et la plupart des examens de suivi périodique qui auraient dû avoir lieu avant le 17 avril 2021.

Décret 2021-56 du 22-1-2021 : JO 24


quoti-20210208-medecin-fl-8083d624-414e-791d-e820-08f9d1dedc03.jpg

Dans le cadre de la première vague de l’épidémie de Covid-19, l’ordonnance 2020-386 du 1er avril 2020 et le décret 2020-410 du 8 avril 2020 avaient organisé le report de certaines visites médicales de suivi des salariés qui, du fait de l’épidémie, n’avaient pas pu être organisées. Ainsi, sauf avis contraire du médecin du travail, la plupart des visites médicales qui auraient dû avoir lieu entre le 12 mars et le 31 août 2020 avaient pu être reportées jusqu’au 31 décembre 2020.

Compte tenu de la deuxième vague de l’épidémie, l'ordonnance 2020-1502 du 2 décembre 2020 a prévu de nouvelles possibilités de report de ces visites, jusqu’au 17 avril 2022. Le décret 2021-56 du 22 janvier 2021, pris pour l’application de l’ordonnance, organise les modalités de ce report.

A noter : Ce nouveau texte reprend la plupart des mesures qui avaient été prévues par le précédent décret d’avril 2020. Seule différence notable : les visites de préreprise et de reprise, qui pouvaient être reportées dans le cadre de la première vague, doivent cette fois-ci être organisées dans le respect des délais réglementaires, mais peuvent être réalisées par un infirmier.

Un report possible jusqu’en avril 2022

Aux termes de l’ordonnance du 2 décembre 2020 et le décret du 22 janvier 2021, les visites et examens médicaux pouvant être reportés sont ceux (Décret art. 1) :- dont l’échéance résultant des textes applicables avant l’entrée en vigueur de l’ordonnance du 1er avril 2020 intervient avant le 17 avril 2021 ;
- qui avaient déjà fait l’objet d’un report en application de l’ordonnance du 1er avril 2020 et qui n’ont pas pu être réalisés avant le 4 décembre 2020, date d'entrée en vigueur de l'ordonnance du 2 décembre 2020.
Le report est possible dans la limite d’un an, jusqu’au 17 avril 2022. Ce délai d’un an est calculé à partir de l’échéance résultant des textes en vigueur avant le 12 mars 2020, date des premiers reports de visites en application de l’ordonnance du 1er avril 2020 (Décret art. 2).

Pour un salarié bénéficiant d’un suivi médical normal qui aurait dû passer une visite d’information et de prévention en avril 2020, reportée par le médecin du travail, en raison de la première vague de l’épidémie, au 10 décembre 2020, la nouvelle visite doit être organisée dans le délai d’un an à compter de la visite initiale, soit jusqu’en avril 2021, et non dans le délai d’un an à compter de la visite reportée.

Sont concernées les visites organisées au bénéfice des salariés en contrat à durée indéterminée, en contrat à durée déterminée ou en contrat de travail temporaire, dans le secteur privé et dans le secteur agricole.

A noter : Rappelons que l'ordonnance 2020-1502 du 2 décembre 2020 dispose que le report d'une visite médicale ne fait pas obstacle à une embauche ou à la reprise du travail après une absence.

La liste des visites pouvant être reportées

Un report possible d’un an pour les examens de suivi

Le tableau ci-après présente les visites et examens médicaux pouvant ou non être reportés. Le médecin du travail peut reporter d’un an ceux pouvant l’être, jusqu'à la date limite du 17 avril 2022, sauf s'il estime indispensable de recevoir le salarié dans les conditions visées ci-après (Décret art. 2) :

Catégorie de salariés

Type de visite médicale

Échéance de principe

Possibilité de report

Salarié bénéficiant d’un suivi médical normal

Visite d’information et de prévention initiale

Dans les 3 mois suivant l’embauche

oui

Renouvellement de la visite d'information et de prévention

Fixée par le médecin du travail, périodicité maximale de 5 ans

oui

Salariés d’un établissement de santé, social ou médico-social

Examen médical préalable à la prise de fonctions

Avant la prise de fonctions

oui

Examen médical de suivi

Tous les 2 ans

oui

Salarié bénéficiant d’un suivi médical adapté : travailleur handicapé, travailleur âgé de moins de 18 ans, travailleurs déclarant être titulaires d'une pension d'invalidité, femmes enceintes, venant d'accoucher ou allaitantes, travailleurs de nuit, travailleurs exposés à des champs électromagnétiques affectés à des postes pour lesquels les valeurs limites d'exposition sont dépassées, travailleurs exposés à des agents biologiques de groupe 2

Visite d’information et de prévention initiale

Dans les 3 mois suivant l’embauche

non

Renouvellement de la visite d'information et de prévention

Fixée par le médecin du travail, périodicité maximale de 5 ans

Le décret ne le précise pas : on peut supposer que la réponse est positive, par analogie avec les règles prévues pour les salariés bénéficiant d’un suivi renforcé

Salariés bénéficiant d’un suivi médical renforcé en raison de leur affectation sur un poste à risque

Examen médical d’aptitude initial

Préalablement à l’affectation sur le poste

non

Visite médicale intermédiaire

Fixée par le médecin du travail, périodicité maximale de 2 ans

oui

Renouvellement de l'examen d'aptitude : cas général

Fixée par le médecin du travail, périodicité maximale de 4 ans

oui

Renouvellement de l'examen d'aptitude pour les travailleurs exposés à des rayons ionisants classés en catégorie A

Fixée par le médecin du travail, périodicité maximale de 4 ans

non

Comment le salarié et l'employeur sont-ils informés du report ?

Lorsque la visite médicale est reportée, le médecin du travail en informe l'employeur et le travailleur, en leur communiquant la date à laquelle la visite est reprogrammée. Dans le cas où le médecin du travail ne dispose pas des coordonnées du travailleur, il invite l'employeur à communiquer à ce dernier ces informations (Décret art. 4).

A noter : Le décret ne prévoit pas de possibilité de contestation de la décision du médecin du travail par l'employeur ou le salarié.

Pas de report si le respect de l'échéance est indispensable

Aucune visite ni aucun examen ne peut faire l'objet d'un report lorsque le médecin du travail estime indispensable de respecter l'échéance prévue par le Code du travail au regard des informations dont il dispose concernant l'état de santé du salarié, ainsi que les risques liés à son poste de travail ou à ses conditions de travail.
Pour les travailleurs titulaires d'un contrat à durée déterminée, le médecin du travail tient compte des visites et examens dont l'intéressé a bénéficié le cas échéant au cours des 12 derniers mois (Décret art. 3).

Pour fonder son appréciation, le médecin du travail recueille, en tant que de besoin, les informations utiles sur la base d'échanges réalisés par tout moyen entre le travailleur et un membre de l'équipe pluridisciplinaire (Décret art. 3).

A notre avis : Le médecin du travail est seul décisionnaire, et il n'est pas tenu de motiver sa décision ni d'en justifier auprès de l'employeur ou du salarié : seul le report d'une visite doit leur être notifié. Des difficultés pourront se présenter dans le cas où le service de santé au travail, surchargé, ne sera pas en mesure d'organiser toutes les visites estimées indispensables dans les temps, et que l'employeur et le salarié ne seront pas pour autant informés d'un report. Même sans information de la part du service de santé au travail, on conseillera donc à l'employeur de se rapprocher du service de santé et de garder une trace des échanges.

Certaines visites et examens peuvent être confiés à un membre de l’équipe pluridisciplinaire

À titre exceptionnel jusqu’au 16 avril 2021, le médecin du travail peut confier à un infirmier en santé au travail, sous sa responsabilité, les visites et examens suivants :- la visite de préreprise ;
- la visite médicale de reprise, sauf pour les travailleurs faisant l’objet d’un suivi médical renforcé.

Cette dérogation s’effectue selon des modalités définies par un protocole écrit. Lorsqu’il l’estime nécessaire, l’infirmier oriente sans délai le salarié vers le médecin du travail qui réalise sans délai la visite de préreprise ou de reprise (Décret art. 5).

En revanche, seul le médecin du travail peut émettre (Décret art. 5):

- des recommandations ou préconisations d'aménagement ou d'adaptation du poste repris par le travailleur ou de reclassement, le cas échéant sur proposition de l’infirmier ;

- un avis d’inaptitude physique.

Laurence MECHIN

Suivez les dernières actualités en matière sociale et assurez la relance d’activité pour vos clients ou votre entreprise avec Navis Social :

Vous êtes abonné ? Accédez à votre Navis Social à distance.

Pas encore abonné ? Nous vous offrons un accès au fonds documentaire Navis Social pendant 10 jours.

© Editions Francis Lefebvre - La Quotidienne

Aller plus loin


Mémento Agriculture 2023/2024
social - Mémentos, Ouvrages et Revues

Mémento Agriculture 2023/2024

Maîtrisez les règlementations propres au secteur de l’agriculture
149,00 € TTC
Harcèlement dans les relations de travail
social - Mémentos, Ouvrages et Revues

Harcèlement dans les relations de travail

Anticiper ou répondre à une situation de harcèlement sous tous ses aspects !
89,00 € TTC